TUAMOTU… la vie, entre mer et mer

Cela fait maintenant 2 mois que Gaia navigue dans l’archipel des Tuamotu. La météo a été très particulière cette année : beaucoup de vent et de pluie. Il a fallu s’ adapter !  

On a passé des moments assez exceptionnels à Toau, dans le lagon sauvage, à s’amuser à faire les Robinson. Je précise bien ‘à s’amuser’ car on ne manquait de rien à bord.

Notre capitaine préféré

La 1ère fois, on est partis à 3 bateaux de Fakarava : Serge, Gianni sur Imagine, Jean-Baptiste sur Oneiros et Alain, JC et moi sur Gaia) : 5 jours ‘seuls au monde’ à pêcher ‘tu as pris quoi toi ? Un bec de canne ? un perroquet ? ’, à se balader, à essayer de pêcher des langoustes sur le platier (sans succès) , à faire des salades de cœur de palmier, à faire des barbecue à terre, à  boire de l’eau de coco….  Mais pas que, lors des  apéros du soir !

Et toujours l’occasion de rencontrer des personnes étonnantes, aux parcours variés qui ont en commun de réaliser un rêve de voyage avec des motivations différentes mais sincères et ouvertes.

Il est très facile d’entrer en relation avec les autres bateaux au mouillage : on se salue en arrivant, on échange quelques mots et si le contact passe bien, ça se termine très souvent en apéro sur le mode ‘veillée ‘ : d’où on vient, où on va….

La 2ème fois qu’on est retournés à Toau, c’était avec Cécile (la fille d’Alain) et Hadrien (son compagnon) venus nous rejoindre une semaine. On s’est aussi régalés –la pêche a été bonne-

 et on a fait plein de contrées !  La dernière était à l’aéroport juste avant qu’ils ne prennent l’avion. Il y avait une revanche à finir…  On a laissé Cécile et Hadrien gagner, pour qu’ils restent sur un bon souvenir !

C’était vraiment super de les voir pendant cette durée : ils venaient de passer 15 jours dans la famille d’Hadrien, dont le papa est Polynésien – il vit à l’étranger-. C’était la 1ère fois qu’Hadrien venait en Polynésie et il a été très bien accueilli par sa grand-mère, son oncle et ses tantes.

Ils nous ont partagé leur plaisir à voyager dans ce contexte et on a passé de très bons moments ensemble. Cette période à Fakarava a été l’occasion de croiser des habitants une fois, deux fois, trois fois, de discuter,  d’enrichir notre perception sur la Polynésie. Pascale, Tino, Marguerite, Hayden, Marco, Liza, Lionel, Stéphanie, on ne se lasse pas.

Hayden et Calista, devant leur maison

Notre prochaine étape: Atapaki, puis Rangiroa où nous retrouverons Elsa et Clair-André pour le dernier mois de voyage. Nous avons décidé de ne pas ‘monter ‘ aux Marquises. C’est la période de l’année où les vents ne sont pas très favorables et là-bas, les mouillages sont ‘rouleurs’. Il parait que les Marquises sont magiques. Ce n’est peut être que partie remise. La vie réserve souvent de très belles surprises.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s